Doit-on être stupide pour devenir brillant ?

Il y a plusieurs années, je me suis demandé ce que signifiait être stupide.

J’ai tenté de trouver la réponse en questionnant des personnes autour de moi et je me souviens avoir été marqué par certaines réponses :

  • C’est quand quelqu’un ne comprend pas ce qu’on lui dit.
  • Ça se voit quand tu regardes certaines personnes.
  • Si tu poses la question c’est que tu ne l’es peut-être pas.

Selon Larousse, une personne stupide manque d’intelligence, de jugement, de réflexion. Elle va donc agir sottement.

Une autre définition indique que la stupidité peut être associée au fait d’être frappé de stupeur, paralysé par l’étonnement.

Si l’on synthétise toutes ces définitions, il me semble qu’elles sous-entendent que l’on peut juger de la stupidité d’une personne à son action ou son inaction à un instant T.

Maintenant regardons le schéma ci-dessous.
On peut noter que pour atteindre la zone d’apprentissage, il faut forcément passer par la zone de peur…

En faisant le rapprochement entre les définitions et le schéma ci-dessus, il me semble que chaque apprentissage, en particulier pour acquérir des compétences, impose des blocages ou des actions parfois mal maîtrisées qui peuvent aisément être jugées par d’autres personnes comme étant de la stupidité.

On peut d’ailleurs faire le lien avec la prise de recul face à une situation, la gestion du stress ou encore les connaissances fragmentées nouvellement acquises durant les apprentissages.

Finalement, Si l’on se base sur ces quelques éléments très sommaires.
Pour devenir brillant, ne doit-on pas forcément accepter d’être stupide à un instant T ?

Cette acceptation est peut-être le point de départ pour devenir brillant…

Il y a d’ailleurs peut-être aussi un lien à faire avec l’humilité !

Pour ces deux derniers points, il me semble, en définitif, que c’est à chacun d’en juger pour lui-même